Petit survol historique sur le mobilier de poupée

PETIT SURVOL HISTORIQUE SUR LE MOBILIER DE POUPEE

La poupée a plus de 3000 ans, et ce jouet si cher aux petites filles a toujours été entouré d’un environnement et particulièrement de deux pièces de mobilier indispensables : le lit et la chaise. En effet, il faut coucher la poupée tous les soirs et l’asseoir pour qu’elle se repose dans la journée.

Dès l’Antiquité, les enfants recevaient des jouets qui reproduisaient la vie réelle, c’est pourquoi, les archéologues ont retrouvé des chambres miniatures ainsi que de la vaisselle réservée au jeu de la poupée.

Au cours de l’Histoire, les chroniqueurs ou simplement les historiographes des Princes parlent des jouets commandés pour les enfants princiers, ce qui ne veut pas dire que les enfants plus humbles n’en avaient pas

Dès la fin du Moyen Age, l’Allemagne a commencé à fabriquer des maisons de poupées avec tout le mobilier.

En France, la poupée fait partie intégrante de la vie de l’enfant et la maison de poupée aussi n’a pas l’impact qu’elle connait dans les pays germaniques et anglo-saxons. En revanche, le mobilier, à l’échelle de la poupée, va s’inscrire dans la chambre de la petite fille et ceci, jusqu’ à nos jours.

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, le mobilier était artisanal, parfois fabriqué par un ébéniste de renom pour les jouets princiers, par un artisan menuisier ou ébéniste du quartier ou du village pour les enfants de familles relativement aisées ou tout simplement par un membre de la famille. Toutefois, il existait déjà du mobilier distribué par les colporteurs.

En ce qui concerne ce mobilier, ce sont encore les compagnons des grands de ce monde qui nous informent des jouets de leurs enfants.

Ainsi, au XVIIe siècle, Tallemant des Réaux écrit que Louis d’Epernon offrit à Mademoiselle de Bourbon « une poupée, la chambre, le lit, tout le meuble, le déshabillé, la toilette et bien de habits à changer »

Toujours Tallemant des Réaux écrit que « le Cardinal (Richelieu) donna à Mme d'Enghien une petite chambre où il y avait six poupées…on déshabillait et on couchait tous les soirs les poupées, on les rhabillait le lendemain, on les faisait manger, on leur faisait prendre médecine. Un jour elle voulut les faire baigner et on eut bien de la peine à l’en empêcher »

Et, en 1675, Mme de Thianges offrit pour étrennes au duc du Maine « une chambre toute doré, grande comme une table. Il y a un lit et un balustre et un grand fauteuil … »

Il faudra attendre la fin du XIXe siècle pour que le mobilier de poupées devienne industriel.

Les catalogues des grands magasins nous présentent du mobilier pour poupée. Ainsi, le catalogue d’étrennes du Louvre de 1879 propose une bercelonnette pour coucher la poupée. Soulignons que les poupées de cette époque étaient en majorité des poupées-dames mais que l’on n’hésitait pas à les coucher dans un berceau.

Au cours des décennies, des pages entières vont être consacrées à ces meubles pour poupée. Au lit (sous toutes ses formes) et aux différents sièges (chaises, fauteuils, chaises hautes, bancs, etc.) vont d’ajouter des coiffeuses, des bureaux, des écritoires, mais aussi des cuisines et des salles de bain.

Au XXe siècle cette industrie va se développer et les fabricants vont devenir très nombreux.

A la Libération, le jouet va connaitre un renouveau particulièrement avec le Baby Boom.

On va retrouver des fabricants spécialisés dans les meubles pour poupées. Armoires de poupées, chaises, fauteuils, coiffeuses et tables de maquillages, mais aussi cuisine, salle de bains, douches...

Il est intéressant de noter que de grands fabricants de mobilier pour enfants ou spécialisés dans la puériculture, vont produire du mobilier pour poupées. C’est le cas de Bébé Confort et Youpala.

A partir des années 60, on va assister à un renouveau de la maison de poupée avec l’arrivée, sur le marché, de la poupée mannequin. Une nouvelle forme de jeu va prendre le dessus sur le maternage : le jeu de projection. L’enfant va reproduire les scènes de la vie des adultes, vie familiale, mais aussi vie professionnelle car ces poupées mannequins sont des adultes qui appartiennent au monde du travail : un nouveau mobilier va voir le jour : mobilier de bureau, mais aussi de cabinet dentaire, médical, etc. et, depuis quelques années, mobilier informatiques : les poupées vivent à fond l’époque contemporaine !!!

Sources

Catalogues des grands magasins 1879 à nos jours

L’annuaire des Jeux et jouets 1960

Bibliographie

d'ALLEMAGNE. Henri-René, La très véridique histoire de Nette et Tintin visitant le Village du Jouet, recueillie par Henry-René D' ENGAMELLA, Maire de la Commune Libre de Joujouville. (Engamella étant la lecture inversée d'Allemagne, sorte de Palindrome). Paris, 1927.

RABECQ-MAILLARD M-M, Histoire du jouet, Paris, 1962, 96 pages, illustrations noir et blanc et couleurs

Photos prises à la salle des ventes de Chartres (28) Avril 2010

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site