Poupée de 1860 et leur trousseau

Les poupées avec lesquelles jouaient les petites filles des années 1860 ressemblaient plus à des dames qu’à des petites filles.

Les poupées étaient alors composées d’une tête-buste en porcelaine, fixe ou tournante et d’un corps en peau d’agneau bourré, le plus souvent de son. Les membres pouvaient être identiques au corps, avec parfois une partie en porcelaine (avant-bras et mains, ou jambes et pieds).

Madame Rohmer avait imaginé aussi de faire les membres en gutta-percha (sorte de caoutchouc), mais jusqu’à présent aucune poupée de ce genre n’a été retrouvée * : en effet, le gutta-percha est un matériau qui devient très fragile en vieillissant.

Pour porter les toilettes, le corps affectait la silhouette féminine de l’époque, taille pincée, hanches rondes, poitrine marquée. Une sorte de Barbie de l’époque, mais en moins provocante : la poupée était toujours habillée, ne serait-ce que d’une simple chemise ; ainsi le réalisme anatomique ne pouvait choquer le goût d’alors. La poupée elle-même avait d’ailleurs peu d’importance dans l’ensemble ; elle servait de support à l’habillage et était vendue peu chère.

Par exemple, en 1865 :

Chez Madame LAVALLEE-PERONNE, dans son magasin « A LA POUPEE DE NUREMBERG », la poupée toute en peau, tête articulée, était vendue 11 francs en 44cm et 20 francs avec tête et bras en porcelaine, articulée. Les chaussures, elles, coûtaient entre 3 et 5 francs ; un chapeau de 6 à 8 francs, une perruque 5 francs. Un châle se vendait à partir de 5 francs mais on pouvait en avoir en vrai cachemire pour 50 ou 60 francs. Pour 45 francs, on pouvait avoir un ensemble en drap velours.

Comme maintenant pour les poupées mannequins, les poupées des petites-filles du siècle dernier avaient de nombreuses toilettes et accessoires, et leurs trousseaux étaient comparables aux trousseaux des femmes. Ils pouvaient coûter très cher et si l’on s’adressait aux grands couturiers de la poupée qu’étaient la Maison Simone, Madame Rohmer, Mademoiselle Huret ou Monsieur Jumeau.

Ainsi les petites-filles avaient-elles appris à faire elles-mêmes le trousseau de leurs poupées avec l’aide de leur maman. Des patrons étaient édités par des journaux spécialisés comme LA GAZETTE DE LA POUPEE, LA POUPEE ou la POUPEE MODELE.

Nous avons relevé, dans la Poupée modèle d’Août 1865, la liste type d’un trousseau pour poupée, que nous avons illustré de gravure de l’époque : on pourra rêver sur le nombre et la variété des pièces de ce trousseau.

Il faut ajouter cependant que la rédactrice du journal précise à ses petites lectrices que ce trousseau pourra habiller deux, ou même trois poupées. Cela nous rassure !

________________________

* Depuis la parution de l'article quelques rares modèles ont été retrouvés et conservés.

Pour celles et ceux qui ne sont pas habitués au vocabulaire de l’époque, traduisons quelques termes :

• Cage à pointe ou cage à filet : jupon baleiné ou crinoline

• Filet de soutache ou chenille pour chez soi : résille pour les cheveux

• En-tout-cas : petit sac à main

• Camisole : chemise de nuit

• Fanchon : petit fichu que l’on noue sous le menton

• Paire de manches : manches et col amovible, le plus souvent en mousseline blanche, pour robe sans manches

• Palatine : petite pèlerine en fourrure pour les épaules

Exemples de vêtements que l’on pouvait acheter (d’après le journal LA POUPEE du 16 décembre 1865)

Au Nain Bleu : « Des robes de soie ou de velours, de vrais cachemires de l’Inde, des fourrures, des capelines en satin piquées garnies de cygne, des bottes à l’écuyère à lacets ou à boutons, des parures, des bracelets, des colliers, des éventails, des aumônières, etc.… »

Chez Madame Leroy : « Des bas à jour, chemises de batiste, pantoufles tapisserie, crinolines, jupes à volants, robes, châles cachemire, manteaux de velours, chapeaux à la mode, capeline, filets, sacs à ouvrage, etc.… Vous trouverez même chez elle des portes-monnaies, des livres de messe, et jusqu’à des parapluies pour vos poupées »

Trousseau très complet de poupée

• 2 chemises festonnées

• 2 chemises richement garnies

• 4 pantalons, dont 2 simples et 2 riches

• 4 camisoles idem

• 2 bonnets de nuit

• 2 filets idem

• 1 cage à pointes, en étoffe de couleur

• 1 cage en filet

• 2 jupons blancs festonnés et à pli

• 2 garnis de broderie et de dentelle

• 1 en étoffe de laine à volant

• 1 corset

• 4 chemisette, dont une montante en Nansouk, une montante en mousseline et 2 décolletées, l’une en Nansouk brodée, l’autre en mousseline richement ornée

• 4 mouchoirs ourlés, à chiffre

• 2 mouchoirs brodés

• 2 cols raides unis

• 2 cols brodés

• 1 col en application (imitation d’Angleterre)

• Une paire de manche assortie au col en application

• 2 paires de manches raides unies

• 2 paires de manches brodées

• 4 paires de bas : 2 blanches, 1 rouge et un à jours

• 1 bonnet habillé, fleurs et dentelles

• 2 bonnets plus simples : un du matin en nansouk brodés et garni de dentelle, un autre en mousseline et rubans

• 2 fanchons : l’une en blonde blanche et rubans, l’autre en dentelle noire

• 1 paire de pantoufles en velours pour l’hiver

• 1 paire de mules en maroquin pour l’été

• 1 paire de souliers de bal

• 1 paire de bottines à élastiques

• 1 paire de bottes russes

• 2 chemises de nuit

• 1 veste élégante en cachemire de couleur

• 1 vareuse en drap rayé ou uni pour les jours frais

• 1 capeline

• 1 fichu au crochet

• 1 chemise russe en foulard

• 1 paletot négligé pour l’hiver

• 2 casaques : l’une en velours très richement garnie, l’autre en soie noire

• 1 grande pèlerine blanche, bleu ou rouge à capuchon, ornée de guipure, pour voiture ou sortie de bal

• 2 paires de gants : 1 blanche, l’autre foncée

• 1 paire de mitaines

• 1 chapeau rond pour voyage

• 1 casquette, toque, bonnet de police ou tricorne pour demi-toilette et toilette de campagne

• 1 chapeau fermé en tulle ou en paille pour grande toilette

• 1 chapeau en velours ou en feutre, pour l’hiver

• 2 coiffures, une de soirée et 1 de bal

• 7 robes : robe de chambre – robe de chez soi – de voyage – de demi-toilette – de soie pour grande toilette – de mousseline ou de riche étoffe pour petite soirée – dinette de cérémonie ou concert – de bal

• 1 filet de soutache ou de chenille pour chez-soi

• 1 En-tout-cas

• 1 ombrelle

• 2 fourrures : manchon et palatine

• 2 tabliers : 1 en soie noire et 1 de jardin en toile écrue

• 2 voiles : 1 grand en tulle blanc, une voilette-loup en dentelle noire

• 1 parure en perles fines – ou en corail –boucles d’oreilles, broche, montre, bracelets assortis

 Anne-Marie Porot

 

 

Sources :

Article écrit par Madame  Anne-Marie Porot pour le bulletin n°10 du Dolly Club de Limoges (87) d’octobre 1991.

Photos : Extrait des journaux "La mode illustrée" de 1870 à 1879

Message :

Nous remercions Mme Porot Anne-Marie pour nous autoriser à éditer l’article sur notre site et pour avoir apporter quelques corrections et modifications.

L’équipe du Clara, l’Odyssée des jouets et des poupées

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site