Il était une fois le baigneur Petitcollin, 100 ans d’un jouet indémodable

L’exposition se déroulait du 6 octobre au 21 décembre 2012 au Centre Culturel et Touristique d’Etain (55).

Dans le livret commentant l’exposition, on commence par nous renseigner sur le mot baigneur. On sait que le mot baigneur, apparu vers 1310, désigne une personne qui se baigne où un jouet d’enfant représentant un bébé qu’on peut baigner. Mais cela peut aussi désigner une personne qui travaille dans un établissement de bain où une personne qui surveille les gens qui se baignent …….. et ça on ne le savait pas!

Le baigneur est donc un jouet/poupée.  Lorsque le mot est au féminin, immédiatement notre esprit visualise un sujet en porcelaine évoquant une femme en tenue de bain et généralement dans une pause voluptueuse. On parle alors de baigneuses.

C’est un terme français et uniquement employé sur notre sol. L’arrivée de ces poupée-bébés date  de la fin de la première guerre mondiale. La société de cette époque évolue,  la mise en nourrice systématique des jeunes enfants est peu à peu abandonnée au profit d’une éducation à la maison. Ces deux faits conjugués, le baigneur trouve ainsi sa place dans la chambre d’enfant. Et c’est tout naturellement que le poupon est utilisé dans l’éducation de la fillette. On incite ces « futures mères en devenir » à cajoler leur « bébé », à apprendre à s’en occuper en les lavant, en les séchant et en les habillant etc.

Aujourd’hui, le terme de baigneur n’est plus vraiment employé. Le mot poupon désigne à la fois un baigneur, un bébé et un bambin.

Mais revenons à notre exposition !!!  Le baigneur est une poupée-bébé qu’on peut laver, il doit donc être dans une matière lavable. Il peut être en porcelaine, celluloïd, acétate de cellulose, caoutchouc, polystyrène, polyéthylène, pvc et toute autre matière plus récentes. Si à sa création, le baigneur n’est pas étanche, il le deviendra dès l’utilisation du plastique (c’est-à-dire au début de l’utilisation du polyéthylène).

Les différentes vitrines nous proposent un échantillon de la production des plus grandes marques de poupées françaises, ainsi que des échantillons et des explications sur les matières.

Boite Illustrée par Germaine Bouret !

Montage bébé

Différentes applications du mot Baigneur

Les matériaux

La matière

Les matières

Les matières

Les catalogues

Les catalogues

Petitcollin de 1912 (sur la chaise)

Petitcollin

Petitcollin

Petitcollin

Petitcollin (milieu du XIXème- encore en activité):

Le premier baigneur fabriqué par Petitcollin date de 1912, sculpté par F.Coffin. Il a une tête caractérisée et des jambes torses ou droites.  Le plus connu de la grande maison française est sans nul doute Petit Colin qui est né en 1926 et qui est encore produit encore aujourd’hui.

Petitcollin

Petitcollin

Petitcollin

Petitcollin en polyéthylène

Petitcollin

 

Petitcollin

Petitcollin habillé par Petit Bateau pour le Bon Marché

François « marqué SIC dans un losange »

SNF

SNF

S.IC – S.N.F :

La Société Industrielle de Celluloïd qui deviendra la Société Nobel Française (1887-1963) est une des premières à fabriquer un baigneur, vers 1914. Ses modèles phares sont François et Jacky.

à gauche François marqué SNF dans un losange à droite François marqué SIC dans un losange

SNF

SNF

SNF

SNF

Anel

Anel (1903-1965) :

La firme produit un baigneur appelé Poupard. Il porte des vêtements moulés sur le corps. Le plus rependu est cependant le baigneur à « cul plat », appelé comme cela par les collectionneurs car son fessier plat lui permet d’avoir les jambes pendantes lorsqu’il est assis.

Anel et Convert

Anel

Convert

Convert

Convert

Convert (1911-1983):

Les modèles les plus connus sont le Nano et le Baby. Ils seront fabriqués dans des plastiques différents. Convert fabriquait aussi des jouets.

Convert

Convert

Convert

Convert

Convert

Gama

Gama :

C’est un habilleur dont le fournisseur principal était la société Clodrey.

 

Gama

Maréchal

Maréchal et Cie (1947-fin 80) :

En général les modèles maréchal ne sont pas marqués sauf le premier qui est estampillé d’un éléphant dans un losange. C'est d'ailleurs le seul et unique modèle.

Maréchal

Gégé

A gauche : Gégé (1933-1988) :

La maison Gégé ne fabrique pas seulement Dolly, ses cousines et autres grands mannequins mais aussi des baigneurs.

 

A droite : Urika(1947-?)

Fondée en 1947 par Lucy Ulrich, la firme s'appellera Urika, Poupée d'Art puis en 1950 Urika. 

Urika

Raynal

Raynal (1922- 1979):

Ils fabriqueront quelques modèles de baigneur dont le « moi je bois » et le Baby Love.

Raynal

Laflex

Laflex

Laflex (1946-1983) :

Les poupées sont en PVC ou en polyéthylène. Une tige de fer incorporée à l’intérieur du corps permet à ces poupons toutes les positions.

Laflex

Laflex

Patou de la S.F.B.J

Baigneur de la S.F.B.J ( 1899-1957)

A partir des années 50 la S.F.B.J proposera des poupées en matière plastique. Patou est en matière plastique souple et lavable, entièrement articulé avec des yeux riboulants.

Quelques jouets étaient aussi exposés !!!!

Salle de bain vers 1920

Salle de bain

Salle de bain

Cette exposition a été réalisée par le Centre Culturel et Touristique du Pays d'Etain, avec la collaboration active de Mesdames Elisabeth Chauveau, Annick Buchy, Elyane Jamard et l'entreprise Jouets Petitcollin. 

 

Sources : 

- Livret d'exposition édité par le Centre Culturel et Touristique Etain

- CHAUVEAU Elisabeth -  Poupées et bébés en celluloïd - 100 ans d'histoire de la poupée française - Edition du Dauphin - Juin 2011 - Clermont Ferrant - 215 pages - couleur.

- CHAUVEAU Elisabeth - In Petit courrier numéro 100  - Et si nous parlions du Baigneur -  Revue du Centre d'Etude et de Recerche sur la Poupée - Paris - Eté 2012

Isabelle D.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×