Traduction d'article étranger: Miss Seventeen, reine de Beauté

Nous avons fait traduire l’article écrit par

Joe Bucchi et Ben Cassara

pour le magazine Hautedoll de Juillet 2004.

 

Miss Seventeen ....New York's very own

fashion doll

 

Jusqu’au début des années 1960, de nombreuses entreprises acquirent les droits pour utiliser les modèles provenant des fabriques allemandes de Bild Lilli doll. Fab-U et Marx, avec Mattel, Inc., faisaient parti des quelques entreprises à utiliser ces droits. De toutes les poupées apparues sur le marché, il y en avait une en particulier qui avait eu du succès à l’époque. Elle était certainement plus spectaculaire et plus sophistiquée, avec une garde-robe rivalisant avec la Barbie de Mattel, sinon en qualité mais très certainement en style. C’était la poupée Miss 70 de Marx.

 

Elle fut présentée au début de l’année 1961, avec une campagne télévisée offensive. Miss seventies était une reine de beauté.

Contrairement à ses contemporaines, elle sortit en deux tailles, 15 et 18 pouces (un pouce=2,54 cm donc en 38 et 46 centimètres environ). Elle était faite en plastique dur et les bras, les jambes et la tête étaient rattachés par des ficelles. Sur le bas du dos de chaque poupée était marqué « us. Patent …….fait à Hong-Kong ». Le visage de chaque poupée était peint a la main, ce qui les rendait chacune totalement unique.

Leurs cheveux étaient en fibre synthétique et recouvert d’un doux tissu mohair. La chevelure de chaque poupée était attachée de façon similaire grâce à une calotte fixée et stylée. Miss seventies avait 3 couleurs de cheveux basiques : blond, brun et roux. Le brun était en réalité un noir de jais, cependant le blond et le roux variaient. Les variations du blond allaient du blond cendré au jaune citron et au blond doré. Le roux quant à lui avait des variations plus fortes. Parfois les poupées avaient des cheveux châtains, alors que d'autres fois la chevelure était rouge. Il n’y avait jamais aucune indication sur les boîtes de poupées pour la chevelure si bien que nous ne savons pas si Marx avait mentionné pour sa dernière version de poupée si c’étaient des brunettes ou des rousses. Nous supposons que les divergences de couleur étaient dues à la couleur de teinture que la chaîne de production avait en stock au moment de sa fabrication.

Les styles de la chevelure de miss seventies variaient eux aussi. Sa coupe la plus fréquente et la plus flatteuse, d'après nous, fut celle où ses cheveux étaient tirés et relevés en arrière dans un filet ou tissu. Sa frange partait du centre et bouclait de chaque côté de sa tête. Le filet varia lui aussi quand la frange fut supprimée donnant

ainsi à miss seventies une apparence cosmopolite. La queue de cheval fut l’une des autres coupes que pouvait porter miss seventies. La queue était soit tressée soit lâche. Les différentes coupes de cheveux de miss seventies convenaient aussi bien à sa garde-robe qu’à son maquillage tendance.

Miss seventies était emballée dans une boîte noire très chic avec son nom inscrit bien en vue au dessus du slogan « une reine de beauté ». À l'intérieur, il y avait ce que toutes les reines de beauté avaient besoin. Elle portait un maillot de bain noir en coton une pièce avec une encolure dégagée. Une bannière de satin blanc était posée sur son épaule, avec une médaille de la première place où son nom était écrit en rouge, une cape rouge en satin attachée sous le cou dont l’intérieur était blanc et naturellement des escarpins rouges. Les autres accessoires inclus étaient une couronne en plastique dur de couleur or (qui étaient souvent trouvées cassées) et un trophée doré avec un couvercle détachable. Son nom était gravé sur le devant et dans la même matière que la couronne. On trouvait également une tribune noire en plastique léger avec une longue dent en métal (Pb de traduction au niveau du terme prong).

Comme la première poupée Barbie et les Bild Lilli, miss seventies avait deux trous percés sous ses pieds afin d’être posée et lui permettre de rester debout. Une tige jaune maintenait la poupée en place sur sa tribune. L’accessoire final était un large dépliant illustrant avec beaucoup de couleurs toute la merveilleuse panoplie disponible pour la poupée.

Beaucoup de temps et de réflexion ont été investis dans la mode pour miss seventies. Tous ses accessoires étaient dessinés par deux membres de faculté de l’institut technologique de la mode, Jay E.Watkins et Edward Roberts. F.I.T est situé dans le cœur de Manhattan, tout comme le quartier général de Marx, faisant de miss seventies une véritable new-yorkaise. Il est également intéressant de noter que Marx finançait les conceptions de la garde-robe des poupées. Cela arrivait lorsque les créateurs étaient célèbres notamment avec Oleg Cassini pour la poupée Tina et le couturier Elsa Schiaparelli. Tous les accessoires avaient une pièce de vêtement étiqueté avec un label « made in Hong-Kong ».

Les brochures de mode de miss seventies, comme elles étaient appelées, ressemblaient à un portefeuille de marque. La première page présentait les accessoires cousus sur la carte et exposés à travers une fenêtre. Quand on l’ouvrait, il y avait une merveilleuse illustration pleine de couleur pour les accessoires, avec des paragraphes descriptifs, établissant une scène pour une petite fille, comme si elle voulait habiller sa poupée. Les brochures étaient impressionnantes en taille, des accessoires de poupées de 15 pouces étaient étalés sur la brochure qui ne mesurait qu’entre 12 et 15 pouces. La mode pour les grandes poupées était étalée sur 14 à 19 pouces de la brochure.

. Il était difficile pour les vendeurs d’étaler voire même de faire de la publicité dans leur petit centre de production (traduction incertaine).

Il y avait 12 accessoires bien distincts pour miss seventies. « Lovely light » était un lot de peignoir en nylon blanc. Le linge de nuit était de style grec, avec une robe fine qui avait des manches ¾ bouffantes et un large col ondulé s’attachant au cou et 2 larges arrondis froissés. Le tout était accompagné d’un miroir en plastique rose, d’un peigne, de sous-vêtement et de hautes pantoufles blanches. La qualité de ces accessoires était meilleure que la majorité.

« American a la mode » fut une élégante robe chemisier cintrée avec des caractères d’imprimerie en coton et des variations de couleurs. Pour la version de 15 pouces, l’impression était faite sur fond blanc avec des carrés et des traits olives ce qui créaient les carrés blancs. Pour la version de 18 pouces, ce fut les mêmes motifs avec des couleurs différentes. Le marron remplaça l’olive. Pour les 2 versions, les accessoires furent identiques ; une ceinture (ou cravate) imprimée, séparant la crinoline pour faire un aspect bouffant (bouffant look), un parapluie en plastique noir, des lunettes de soleil blanches, des chaussures à talons blanches et un sac à main jaune en texture plastique avec de petites anses. Ces panoplies sont difficiles à trouver aujourd’hui.

Une de nos panoplies favorites qui fut aussi l’une des plus populaires en son temps car facile à trouver de nos jours en plusieurs tailles est celle intitulée « rage of paris » qui fait parti des ensembles les plus sophistiqués. Il est composé d’un fourreau en satin noir avec de longues manches et d’un décolleté en V plongeant avec une rose rouge attachée sur le côté de la ceinture. Le tout est souligné par un turban de velours rouge assorti au manchon. Un collier de perle, un jupon, une petite culotte, un parapluie en plastique noir, des chaussures à talon complètent la panoplie de miss seventies (après ça raconte l’histoire de la poupée je n’ai pas tout compris, je pense qu’elle se dépêche d’aller à Broadway où le public l’attend pour son numéro).

Un autre de nos favoris est « turnabout ». Maintenant place au mystère. Dans la brochure, cette collection est composée d’un fourreau de laine noire avec une indispensable cape réversible rose. Un des côtés de la cape est de couleur rose tandis que l’autre côté est bordé de laine noire et est censé s’harmoniser avec la robe. De tous les exemples de panoplies que nous avons vues, la robe a été faite en velours noir et non pas en laine noire. Quelqu’en soit la raison, nous sommes certains que les collectionneurs sont enchantés, d’autant que le velours est épargné des trous de mites si souvent trouvés dans les vêtements en laine de poupées. Cette panoplie s’accompagne également d’un turban en velours assorti et d’une bourse de la même matière nouée par un galon noir. Un collier de perles, des sous-vêtements en coton et des chaussures à talon noires complètent cette panoplie dite « ultra-chic ».

La plus élégante et la plus difficile des panoplies de miss seventies à trouver est probablement « on the town » (dans la ville). Malheureusement, dans la recherche du designer à créer une tenue de soirée éclatante, la qualité de la fabrication n’a pas été soutenue. La robe, en pied et longue, a été éditée de deux façons différentes. La première avait pour motif des imprimés ronds d’un textile en lamé de couleur or, tandis que l’autre était ornée de feuilles de couleur or également en textile lamé. Pour les deux versions, nous retrouvons un petit arc attaché sur un des côtés de la ceinture avec trois petites perles placées au centre. La cape du soir en brocard de satin blanc cassé fleuri est ornée d’influence orientale et nouée autour du cou. Un tissu de satin blanc cassé serré, un long collier de perle et des escarpins rouges viennent compléter ce style étonnant.

Dans les années 1960, toutes les jeunes femmes rêvaient d’être mariée et miss seventies en faisait partie. Par la collection « belles mariées », ses créateurs mirent au point une magnifique robe qui rivalisait avec la collection défraîchie « the cat walk » (traduction approximative). Le dessous de la robe était un taffetas qui sculpté formait une traîne. La robe du dessus était en tulle blanc et avait de la tulle flottante en bas accentuée par de la dentelle. La traîne de dentelle encadrait vraiment le devant de la robe avec un bord festonné et des perles cousues à la main par groupe de trois. La traîne se prolongeait derrière et avait un rond de perles cousues à la main au niveau des contours.

A la taille, il y avait un ruban de satin souligné orné des mêmes perles et se prolongeant selon la même longueur que la traîne. Le corsage, ajusté au niveau de la taille était entièrement taillé et brodé de la même manière que la traîne. Un ornement de dentelle festonnée accentuait les lignes du buste et les lanières formant un décolleté carré. Cet ornement effectuait le même motif que celui de la traîne. Un double collier de perles ornait son cou. Une bande de voile blanc couronnait sa tête, avec une cascade de guirlande de fleurs (ici l’utilisation de fleurs en plastique jure avec l’élégance et le raffinement de la robe). Comme toutes les mariées, miss seventies portait un bouquet de fleurs blanches en plastique, et pour un bonheur futur, une jarretière bleue. Petite culotte, jupon, et escarpins blancs viennent finir cette panoplie du rêve de la mariée.

Voici maintenant, un doux et beau printemps cherchant le marié de miss seventies. Comme avec les collections « american a la mode », « les belles mariées », la poupée a une taille ajustée. La robe est faite dans un tissu synthétique fin de couleur rose avec des couleurs pastels où sont brodées de fleurs de jardin/ d’ornement. Elle porte un chapeau imprimé assorti, qui possède un ruban rose. Sous sa jupe, un jupon de taffetas indépendant.

Dans les accessoires sont inclus un bouquet de fleurs en plastique de couleur rouge, bleu et jaune, enveloppé dans un tissu festonné, bien évidemment assorti avec la robe, et attaché avec un long ruban rose en satin. De hauts escarpins blancs viennent compléter la panoplie. Ici encore, la fabrication n’est pas de bonne qualité, c’est pourquoi il est rare aujourd’hui de trouver cette panoplie en parfait état.

Le titre de la prochaine collection de poupée est révélateur. « Beach bate » inspiré de Brigitte bardot et qui faisait très french riviera ! Ce fut simplement dépassé par le costume de bain en coton blanc traditionnel des poupées. Miss seventies en jette véritablement avec sa jupe rouge à pois et ses poches de tailles légèrement inégales de chaque côté pour créer un style plus intéressant. Au sommet de sa tête repose son chapeau à large bord. Le chapeau a des influences orientales et a été confectionné dans le même tissu que la jupe, cependant le tissu a été effiloché pour former des franges au niveau des bords du chapeau. Un pompon blanc orne le dessus du chapeau et un ruban en sergé est noué sous son cou. Les accessoires complétant cette panoplie sont donc un sac en tissu-éponge blanc avec des bandes de fil et un pompon, une serviette de plage rayée qui dans la brochure est placée sur les épaules de la poupée comme une étole/écharpe, avec une paire de lunettes de soleil blanche et des chaussures compensées rouges.

« Matinee » fut un autre ensemble qu’on aurait pu croire venir d’un défilé de mode parisien. Cet ensemble était un deux pièces en taffetas noir. La veste sans col avait des manches trois quart et des fermoirs sur le devant. Elle avait aussi une ceinture qui attachée formait un effet péplum au niveau de la taille. La jupe était quant à elle unique. Ce n’était pas une simple bande, les designers avaient ajouté sur le devant un pan de tissu donnant l’effet d’un tablier, la jupe donnait l’impression d’être une bulle/ d’être bouffante. Sur ses bras reposait un manchon en velours rouge, l’accessoire parfait. Cependant, nous ne sommes pas surs que les dessinateurs avaient pensé qu’elle porterait le bouquet de fleurs en plastique sur sa tête. Des sandales noires et un string de perles viennent compléter ce look fulgurant. Le problème majeur de cette panoplie est que le tissu a tendance à se décolorer.

« Date at the plaza » propulsa la société de new-york au plus haut. Ce costume trois pièces est composé d’un manteau avec un ceinturon en chaud velours violet. Le crayon fin (traduction inexacte) est assorti avec la jupe et le chemisier en satin de couleur or noué sur la nuque. C’est d’autant plus frappant que le chemisier est assorti avec la doublure du manteau. Miss seventies portait un turban gris en faux chinchilla avec un manchon assorti.

Des sous-vêtements et des escarpins noirs viennent compléter la tenue. Cette panoplie est l’une des plus répandues aujourd’hui c’est pourquoi le tissu n’est pas toujours en bon état.

C’est l’heure du cocktail pour miss seventies avec sa panoplie intitulée « champagne waltz ». Ici, elle porte une robe sans taille de couleur jaune avec des tonnes de tulle en nylon transparent et un papillon géant dans le dos. La robe de dessous a un décolleté en V ce qui donne un effet d’ « aile cassée » (traduction inexacte). Des perles, des escarpins, un taffetas jaune assorti et des sous-vêtements viennent compléter cette collection.

La dernière panoplie présente miss seventies comme une diva. Cette fille n’avait jamais projeté d’affronter les côtes de « st Moritz » quand la collection spécialement conçue pour le ski sortit. Cependant seuls les bâtons de ski furent fournis. Cet ensemble amusant est constitué d’un pull à col roulé en laine de couleur rouge tortue, un pantalon de ski noir en laine et un manteau de ski blanc en vinyle à capuche attaché par une ceinture. Des chaussures en plastique pour le ski avec des lacets sont également fournies mais il est impossible de lui mettre à cause de ses pieds arqués. Les autres accessoires sont des gants en plastique blancs que l’on ne peut pas lui mettre et une paire de lunettes de soleil blanche. La brochure de mode montre des lentilles vertes foncé avec les lunettes, cependant de tous les exemplaires, nous n’en n’avons jamais vues.

Comme nous l’avons mentionné plus haut, tous les visages des poupées ont été peints à la main. Cela mène à de subtiles différences dans l’apparence des poupées. La plupart des poupées ont été peintes avec des sourcils courbés bruns, mais comme vous pouvez le voir sur les photographies, il y a des exceptions. Il existe une poupée qui a les sourcils plus fins et plus incurvés que ses sœurs ce qui lui donne un style plus léger. Beaucoup de poupées ont également un sourcil peint plus haut (et un tout petit peu plus fin) que l’autre. Cela donne aux poupées un air interrogateur et une expression à leur visage. C’est en effet le cas de la poupée utilisée pour la collection de la plage. Elle a également des yeux incurvés et fins contrairement aux autres poupées. Les autres variations sont dues au maquillage notamment pour l’eyeliner utilisé sur les cils modelés. Certains sont plus épais que d’autres, ce qui change l’expression du visage et aussi le style de la poupée. La poupée blonde de 15 pouces habillée d’un maillot de bain noir, a des traits beaucoup plus fins, avec des sourcils plus fins, moins d’eyeliner et plus de blush que les autres poupées. Cela lui donne un look plus léger. Nous pouvons également noter la clarté de ses cheveux.

Les lèvres rouge sang reviennent constamment chez toutes les poupées. La forme de la lèvre dite « piqûre d’abeille » est similaire à un grand nombre de poupées Bild Lilli que nous avons vues et plus tard à la poupée numéro 6 Ponytail de chez Barbie. Le vernis à ongle de miss seventies ainsi que celui pour les doigts de pied est toujours assorti avec le rouge à lèvres. Leurs iris sont peints en blanc et le contour est noir. Ici, il semble que Marx ait emprunté le style des deux premières poupées Barbie, avant de leur ajouter un genre plus strict. Toutes les poupées ont des boucles d’oreilles noires peintes sur chacun de leurs lobes. Ce fut l’un des styles communs qu’un grand nombre de poupées « Hong-Kong Lilli » avait.

Nous nous souvenons quand nous avons commencé à collectionner les poupées de mode au milieu des années 1970, miss seventies a toujours attiré notre attention et n’a pas été facile à trouver en bon état. Aujourd’hui, trente ans plus tard, elle est toujours difficile à trouver et retient encore notre attention avec sa fantastique garde-robe et ses styles très exotiques. Elle sera toujours notre « New-York Beauty Queen ! ».

Traduit par Mathilde R.

Seconde année de langues étrangères - FAC de Tours (37)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×